Festival Chef Op' en Lumière

fiche film


Une vie

Une vie

France - 1h59 - 2016
Réalisation : Stéphane Brizé
Image : Antoine Héberlé (AFC)
Avec : Judith Chemla, Jean-Pierre Darroussin, Yolande Moreau.

Prix du Jury Cinéma et Coming Soon Award, Festival COLCOA Hollywood 2017

Stéphane Brizé, en adaptant Une vie de Maupassant, signe un film d’une grande modernité, doté d’un travail sonore, visuel et d’une interprétation remarquables. Il y a d’abord un parti pris stylistique judicieux : le choix du format 1.33 qui réduit le cadre dans sa largeur et enferme ses personnages dans leur environnement….

La force du travail de Stéphane Brizé est d’avoir su trahir judicieusement cette histoire, d’en modifier des éléments saillants, pour mieux faire jaillir la force du destin en cours et le sentiment de la vie qui s’écoule, du temps qui passe. Ainsi sa caméra portée à l’épaule offre-t-elle à voir et à sentir un léger frémissement du cadre, un déséquilibre constant qui rendent palpables les battements de cœur de ses personnages

C’est un ensemble d’une infinie délicatesse et d’une réelle hardiesse ! Le scénario ose les ellipses et les transpositions (astucieuse mise à mort des amants, par exemple) : Brizé transcende le roman de Maupassant pour en extraire l’essence et cheminer vers cette idée, formulée par Rosalie à la toute fin du récit : « La vie, voyez-vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit ».

Anne-Claire Cieutat – bande-a-part.fr


Une vie

Stéphane Brizé, en adaptant Une vie de Maupassant, signe un film d’une grande modernité, doté d’un travail sonore, visuel et d’une interprétation remarquables. Il y a d’abord un parti pris stylistique judicieux : le choix du format 1.33 qui réduit le cadre dans sa largeur et enferme ses personnages dans leur environnement….

La force du travail de Stéphane Brizé est d’avoir su trahir judicieusement cette histoire, d’en modifier des éléments saillants, pour mieux faire jaillir la force du destin en cours et le sentiment de la vie qui s’écoule, du temps qui passe. Ainsi sa caméra portée à l’épaule offre-t-elle à voir et à sentir un léger frémissement du cadre, un déséquilibre constant qui rendent palpables les battements de cœur de ses personnages

C’est un ensemble d’une infinie délicatesse et d’une réelle hardiesse ! Le scénario ose les ellipses et les transpositions (astucieuse mise à mort des amants, par exemple) : Brizé transcende le roman de Maupassant pour en extraire l’essence et cheminer vers cette idée, formulée par Rosalie à la toute fin du récit : « La vie, voyez-vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit ».

Anne-Claire Cieutat – bande-a-part.fr



France - 1h59 - 2016
Réalisation : Stéphane Brizé
Image : Antoine Héberlé (AFC)
Avec : Judith Chemla, Jean-Pierre Darroussin, Yolande Moreau.

Prix du Jury Cinéma et Coming Soon Award, Festival COLCOA Hollywood 2017