Festival Chef Op' en Lumière

fiche film


Tirez la langue, Mademoiselle

Tirez la langue, Mademoiselle

France - 2013 - 1h42
Réalisation : Axelle Ropert
Image : Céline Bozon
Avec : Louise Bourgoin, Cédric Kahn, Laurent Stocker

Boris et Dimitri Pizarnik sont médecins à Paris. Ils sont frères et c’est ensemble qu’ils pratiquent leur métier, consacrant tout leur temps à leurs patients. Une nuit, ils sont amenés à soigner une petite fille diabétique que sa mère, Judith, élève seule. Ils tombent tous deux amoureux de Judith. 

Tirez la langue, Mademoiselle est une chronique de voisinage à l’ancienne, telle qu’on n’en voit plus beaucoup. Tout le talent de la cinéaste est d’avoir su filmer avec un sens aigu de la topographie et du décor urbain, les allées et venues, les hauts et les bas, les jours, et surtout les nuits, d’une galerie de figures un peu désuètes, mais attachantes en raison de cette désuétude.

Axelle Ropert n’a rien à vendre, elle entend juste solliciter nos affects les plus enfouis en racontant une histoire avec douceur et précision. Pas de tragédie. Non, juste de la cruauté et de l’amour, du hasard et de la fatalité, de la santé et de la maladie, de la vie et du trépas. Le train-train de l’injustice et du bonheur quotidiens, mais troussé avec une élégance souveraine. Un film délicat où Louise Bourgoin, belle et pleine d’esprit, est impériale.

Sources : Les Inrockuptibles 4/09/13, L’Humanité 4/09/13


Tirez la langue, Mademoiselle

Boris et Dimitri Pizarnik sont médecins à Paris. Ils sont frères et c’est ensemble qu’ils pratiquent leur métier, consacrant tout leur temps à leurs patients. Une nuit, ils sont amenés à soigner une petite fille diabétique que sa mère, Judith, élève seule. Ils tombent tous deux amoureux de Judith. 

Tirez la langue, Mademoiselle est une chronique de voisinage à l’ancienne, telle qu’on n’en voit plus beaucoup. Tout le talent de la cinéaste est d’avoir su filmer avec un sens aigu de la topographie et du décor urbain, les allées et venues, les hauts et les bas, les jours, et surtout les nuits, d’une galerie de figures un peu désuètes, mais attachantes en raison de cette désuétude.

Axelle Ropert n’a rien à vendre, elle entend juste solliciter nos affects les plus enfouis en racontant une histoire avec douceur et précision. Pas de tragédie. Non, juste de la cruauté et de l’amour, du hasard et de la fatalité, de la santé et de la maladie, de la vie et du trépas. Le train-train de l’injustice et du bonheur quotidiens, mais troussé avec une élégance souveraine. Un film délicat où Louise Bourgoin, belle et pleine d’esprit, est impériale.

Sources : Les Inrockuptibles 4/09/13, L’Humanité 4/09/13



France - 2013 - 1h42
Réalisation : Axelle Ropert
Image : Céline Bozon
Avec : Louise Bourgoin, Cédric Kahn, Laurent Stocker