Festival Chef Op' en Lumière

fiche film


Loulou

Loulou

Allemagne - 1928 - 2h15
Réalisation : G.W. Pabst Muet sonorisé
Version restaurée 2019
Image : Günther Krampf. 
Avec : Louise Brooks, Fritz Kortner, Gustav Diessl, Franz Lederer.

Avec le soutien de l'ADRC, Agence pour le Développement Régional du Cinéma.

Accompagné au piano par Jacques Cambra

Loulou, belle, capricieuse, insouciante et innocemment perverse, est une créature qui ne vit que pour l’amour. Elle joue dans une revue que commandite son amant, Ludwig Schön, un puissant magnat de la presse et du music-hall fiancé à la fille du ministre de l’intérieur. Au soir de la première, Loulou oblige Ludwig à rompre. Elle se fait épouser par Schön, mais le soir des noces, il la surprend dans sa chambre en situation équivoque. Furieux il veut l’obliger à se suicider, mais dans la lutte, c’est lui qui est tué par accident. Accusée de meurtre, Loulou parvient à s’enfuir…

« Personne n’a su comme Pabst fixer la fièvre qui règne dans les coulisses un soir de première d’une grande revue, la hâte étourdissante, le va-et-vient sans but apparent, la promiscuité des corps tandis que les décors sont transportés ici et là… la rivalité, la complaisance et l’humour, ce mélange ahurissant d’activité des accessoi- ristes et des électriciens, d’aspiration artistique, de pittoresque et de volupté facile. Éblouissement, atmosphère chaude, sensualité submergée de flots de lumières miroitant sur les rideaux de lamé, brillant sur les casques et les armures, nacrant le corps de femmes quasi nues. Tout oscille dans le vague d’un arrière-plan où Loulou apparaît comme une sorte d’idole païenne, tentante, scintillante de paillettes, de plumes, de fanfreluches et de falbalas. »

Lotte Eisner, L’Écran démoniaque 1981


Loulou

Accompagné au piano par Jacques Cambra

Loulou, belle, capricieuse, insouciante et innocemment perverse, est une créature qui ne vit que pour l’amour. Elle joue dans une revue que commandite son amant, Ludwig Schön, un puissant magnat de la presse et du music-hall fiancé à la fille du ministre de l’intérieur. Au soir de la première, Loulou oblige Ludwig à rompre. Elle se fait épouser par Schön, mais le soir des noces, il la surprend dans sa chambre en situation équivoque. Furieux il veut l’obliger à se suicider, mais dans la lutte, c’est lui qui est tué par accident. Accusée de meurtre, Loulou parvient à s’enfuir…

« Personne n’a su comme Pabst fixer la fièvre qui règne dans les coulisses un soir de première d’une grande revue, la hâte étourdissante, le va-et-vient sans but apparent, la promiscuité des corps tandis que les décors sont transportés ici et là… la rivalité, la complaisance et l’humour, ce mélange ahurissant d’activité des accessoi- ristes et des électriciens, d’aspiration artistique, de pittoresque et de volupté facile. Éblouissement, atmosphère chaude, sensualité submergée de flots de lumières miroitant sur les rideaux de lamé, brillant sur les casques et les armures, nacrant le corps de femmes quasi nues. Tout oscille dans le vague d’un arrière-plan où Loulou apparaît comme une sorte d’idole païenne, tentante, scintillante de paillettes, de plumes, de fanfreluches et de falbalas. »

Lotte Eisner, L’Écran démoniaque 1981



Allemagne - 1928 - 2h15
Réalisation : G.W. Pabst Muet sonorisé
Version restaurée 2019
Image : Günther Krampf. 
Avec : Louise Brooks, Fritz Kortner, Gustav Diessl, Franz Lederer.

Avec le soutien de l'ADRC, Agence pour le Développement Régional du Cinéma.