Festival Chef Op' en Lumière

fiche film


Les Moissonneurs

Les Moissonneurs

Afrique du Sud - 2018 - 1h46 - VOST
Réalisation et scénario : Etienne Kallos
Image : Michal Englert
Avec : Brent Vermeulen, Alex van Dyk, Juliana Venter

Dans ce premier long métrage, Etienne Kallos ne pose pas un regard indulgent sur son pays natal : l’Afrique du Sud. Dans cette province de l’Etat Libre, la mentalité des Afrikaners est aussi étroite que le paysage est vaste. Région fascinante que cette “Bible belt” où poussent les églises entre les exploitations agricoles clairsemées et les champs de maïs à perte de vue…

C’est dans une de ces fermes isolées que grandit Janno. L’adolescent porte sur ses épaules le lourd héritage de l’Apartheid qu’il n’a pourtant jamais connu. Est-ce cela qui le rend timide et introverti ? Un jour, sa dévote mère ramène à la maison Pieter, un junkie de son âge, qu’elle lui demande de traiter comme son propre frère. Janno met tout en oeuvre pour que Pieter parvienne à s’intégrer à leur mode de vie. Entre les deux garçons, s’engage une sourde lutte pour capter l’amour et le pouvoir au sein de la tribu familiale.

Ce premier film ne peut que toucher et interpeller parce qu’il livre une histoire à la fois singulière et universelle, tout en simplicité et profondeur.

“A l’intérieur des maisons, l’image du film rappelle la peinture flamande, mais les plaines blondes évoquent, elles, les couleurs de l’Angélus de Millet, ou la lumière dorée des Moissons du ciel de Terrence Malick. Jusqu’à un brasier d’une beauté d’Apocalypse”  

Guillemette Odicino Télérama n° 3605

Sources : Utopia – L’Obs – Dossier de presse – février 2018


Les Moissonneurs

Dans ce premier long métrage, Etienne Kallos ne pose pas un regard indulgent sur son pays natal : l’Afrique du Sud. Dans cette province de l’Etat Libre, la mentalité des Afrikaners est aussi étroite que le paysage est vaste. Région fascinante que cette “Bible belt” où poussent les églises entre les exploitations agricoles clairsemées et les champs de maïs à perte de vue…

C’est dans une de ces fermes isolées que grandit Janno. L’adolescent porte sur ses épaules le lourd héritage de l’Apartheid qu’il n’a pourtant jamais connu. Est-ce cela qui le rend timide et introverti ? Un jour, sa dévote mère ramène à la maison Pieter, un junkie de son âge, qu’elle lui demande de traiter comme son propre frère. Janno met tout en oeuvre pour que Pieter parvienne à s’intégrer à leur mode de vie. Entre les deux garçons, s’engage une sourde lutte pour capter l’amour et le pouvoir au sein de la tribu familiale.

Ce premier film ne peut que toucher et interpeller parce qu’il livre une histoire à la fois singulière et universelle, tout en simplicité et profondeur.

“A l’intérieur des maisons, l’image du film rappelle la peinture flamande, mais les plaines blondes évoquent, elles, les couleurs de l’Angélus de Millet, ou la lumière dorée des Moissons du ciel de Terrence Malick. Jusqu’à un brasier d’une beauté d’Apocalypse”  

Guillemette Odicino Télérama n° 3605

Sources : Utopia – L’Obs – Dossier de presse – février 2018



Afrique du Sud - 2018 - 1h46 - VOST
Réalisation et scénario : Etienne Kallos
Image : Michal Englert
Avec : Brent Vermeulen, Alex van Dyk, Juliana Venter