Festival Chef Op' en Lumière

fiche film


Kabullywood

Kabullywood

France /Afghanistan - 2017 - 1h25 - VOST
Réalisation et scénario : Louis Meunier
Image : Antoine Marteau
Avec : Roya Heydari, Omid Rawendah,
Ghulam Reza Rajabi

Prix de la critique, Genève 2018.
Meilleur réalisateur, Jaïpur 2018.

A Kaboul, quatre étudiants dynamiques et assoiffés de vie, se lancent dans un projet audacieux : rénover un cinéma abandonné mais qui a miraculeusement survécu à trente années de guerre. Un acte de résistance contre le fondamentalisme des talibans ; ils iront jusqu’au bout de leur rêve pour la liberté, la culture, le cinéma.

Le décor principal du film c’est le cinéma Aryub, autrefois le plus grand et le plus luxueux d’Afghanistan, – une version afghane du Cinéma Paradiso – à l’abandon depuis les années 1990, avec ses projecteurs au charbon, ses fauteuils en velours, son grand balcon, son rideau doré et Naser, le vieux projectionniste.

Parlant de son film Louis Meunier dit : « Je suis resté 10 ans en Afghanistan et comme les Afghans j’ai été optimiste puis j’ai assisté à la détérioration progressive de la situation.
Avec Kabullywood, j’ai voulu témoigner de cette parenthèse pleine d’espoir et porter un message : quand la religion est utilisée comme prétexte pour s’attaquer à la liberté d’expression et faire table rase du passé, c’est toute la société qui est en danger . »

Un film engagé, courageux, pudique et émouvant .

La Croix – 6 février 2019
Positif – février 2019


Kabullywood

A Kaboul, quatre étudiants dynamiques et assoiffés de vie, se lancent dans un projet audacieux : rénover un cinéma abandonné mais qui a miraculeusement survécu à trente années de guerre. Un acte de résistance contre le fondamentalisme des talibans ; ils iront jusqu’au bout de leur rêve pour la liberté, la culture, le cinéma.

Le décor principal du film c’est le cinéma Aryub, autrefois le plus grand et le plus luxueux d’Afghanistan, – une version afghane du Cinéma Paradiso – à l’abandon depuis les années 1990, avec ses projecteurs au charbon, ses fauteuils en velours, son grand balcon, son rideau doré et Naser, le vieux projectionniste.

Parlant de son film Louis Meunier dit : « Je suis resté 10 ans en Afghanistan et comme les Afghans j’ai été optimiste puis j’ai assisté à la détérioration progressive de la situation.
Avec Kabullywood, j’ai voulu témoigner de cette parenthèse pleine d’espoir et porter un message : quand la religion est utilisée comme prétexte pour s’attaquer à la liberté d’expression et faire table rase du passé, c’est toute la société qui est en danger . »

Un film engagé, courageux, pudique et émouvant .

La Croix – 6 février 2019
Positif – février 2019



France /Afghanistan - 2017 - 1h25 - VOST
Réalisation et scénario : Louis Meunier
Image : Antoine Marteau
Avec : Roya Heydari, Omid Rawendah,
Ghulam Reza Rajabi

Prix de la critique, Genève 2018.
Meilleur réalisateur, Jaïpur 2018.